• Les USA, champions de la solidarité !

    Juste quelques chiffres pour commencer et apprécier l'effort américain, à une époque qui leur coûte déjà si cher... les pauvres ! Coût de la guerre en Irak : près de 148.000.000.000 $ (+ de 108.000.000.000 €). Investiture du Président W. Bush : plus de 70 millions de dollars ! (+ de 51.000.000 €). Aide aux pays victimes du Tsunami : 35 millions de dollars à ce jour (25,5 millions €).

    Ben quoi, la vie est dure pour tout le monde, non ? Et le pire avec ça, c'est que Bush revendique la coordination de l'aide humanitaire mondiale, et invite l'ONU et l'Europe à se joindre à eux... Quel culot !

    (Photo : Empruntée au site d'MSF Belgique) Attention : ne versez plus sur leur compte mais plutôt sur celui du consortium. N° de compte : 000-0000012-12. Site d'informations pour aider les familles à retrouver leurs proches : http://www.familylinks.icrc.org

  • Les églises désertées...

    Une étude du Morgen nous apprend que seuls 11% des Belges fréquentent hebdomadairement les églises... qui représentent dès lors un investissement financier bien disproportionné ! Il serait intéressant maintenant d'obtenir les chiffres de fréquentation en Communauté Wallonie-Bruxelles. Le niveau européen moyen est de 20%. En Finlande et en Norvège, il est en-dessous des 5%.

    Que pensent les 65% des Belges qui ne franchissent jamais les portes d'une église ? Ils participent eux-aussi financièrement à l'entretien de ces nombreux édifices par leurs impôts. Ne verront-ils pas là un argument majeur au profit de l'impôt philosophiquement dédicacé ? Chacun pourrait ainsi décider de l'attribution à une religion ou à la laïcité, ou encore à une cause humanitaire, sociale ou culturelle par exemple, d'une partie de l'argent qu'il verse au Trésor public...

  • Lecture de Raymonde : "L'empreinte écologique"

    Dans Le Vif de début décembre, un articulet qui s'intitule "l'empreinte du prédateur".

    Il s'agit d'une nouvelle notion qui commence à faire son chemin : l'empreinte écologique(*)... : c'est un outil de calcul qui permet d'évaluer quelle surface de la terre est nécessaire à chaque être vivant compte tenu de son mode de vie.

    Dans la réalité, chacun d'entre nous peut disposer d'une surface productrice de ressources terrestres équivalente à 1,8 Ha. Depuis les années 80 cette limite a été dépassée et, actuellement, chaque être humain utilise 2,2 Ha. (L'humanité se comporte donc comme si elle disposait de 1,2 Terre) Mais il est évident que l'Européen et le Nord - Américain en utilisent beaucoup plus : 4,9 Ha pour le Belge et 5,1Ha pour l'Européen moyen, 10 pour ne Nord-Américain. c'est sans commentaire... Et l'auteur conclut en posant une question très pertinente : "Pourrons-nous vivre simplement pour que les autres puissent simplement vivre?"

    Avons-nous le droit d'hypothéquer de pareille manière l'héritage de nos enfants?

              (*)Pour être précis : l'empreinte écologique est une méthode d'analyse et de planification qui permet d'exprimer en superficie de sol productif la consommation de ressources et les besoins d'absorption des déchets d'une population humaine ou d'une personne donnée.

    Pour en savoir plus : www.rprogress.org .  C'est en anglais mais on peut cependant y trouver un questionnaire permettant à chacun d'évaluer son empreinte écologique et celui-là peut être consulté en choisissant sa langue : www.myfootprint.org   .

    Raymonde

    Illustration : Le Monde Voir le lien ci-dessus : "Empreinte écologique".

  • Merci le service public...

    La SNCB nous annonce une bonne nouvelle... Sauf que quand je compte - mais je ne suis pas un grand argentier - et qu'on m'informe que la SNCB propose enfin une formule de transport gratuit (c'est bien ce qu'on lui demande depuis longtemps, non ?), quand on gratte un peu dans le décompte... on est pris soudain d'un doute. Enfin, je parle pour moi... mais souhaiterais qu'on m'explique !

    OK donc pour la gratuité pour les travailleurs du privé, après les formules réservées aux fonctionnaires. A une condition : c'est que l'entreprise signe une convention avec la SNCB dans laquelle elle marque son accord pour intervenir pour 80% du prix du billet, les Chemins de fer prenant en charge eux les 20 % restants... Et si dans la foulée le prix des abonnements augmente alors, comme annoncé, de 25 %... voilà une bonne opération pour l'entreprise publique, non ? Gain dans l'affaire : 5 %, si je ne déconne pas ! Ca, c'est pour renflouer les caisses : on ne peut leur en vouloir... Mais je me demande quand même ce qui va bien pouvoir inciter les entreprises à subventionner indirectement la SNCB. Et vous ?

    Enfin, pour vraiment bénéficier de ce service au public, ne faudrait-il pas enrayer la fermeture des petites gares (une pétition regroupant 10.550 signatures contre la fermeture de 41 gares - dont 26 wallonnes - a été remise à Renaat Landuyt, ministre fédéral de la Mobilité, par Inter-Environnement Wallonie) ? Multiplier l'offre de services de bus ? Enfin, on peut rêver, non ? Et puis, à quand une médecine gratuite ? La reconnaissance de l'eau potable comme un bien commun ? Une culture à la portée de tous ? Il reste du travail, vraiment !

  • Spinoza réforme l'entendement...

    ... et condamne les fictions répandues par les superstitions et les religions... de son époque bien sûr !

    Traîté de la Réforme de l'Entendement (1661) : "... moins les hommes connaissent la nature, plus facilement ils peuvent forger de nombreuses fictions : par exemple, que les arbres parlent, que des hommes se changent brusquement en pierres, en sources, que des spectres apparaissent dans des miroirs, que le rien peut devenir quelque chose et même que des dieux se métamorphosent en bêtes et en hommes, et une infinité de choses de ce genre."

    Spinoza dénonce courageusement les dérives de la raison induites par les chrétiens et les païens. Il ose mettre en cause les stratégies d'asservissement du peuple victime de ses phobies.

    Cela me fait penser à l'initiative du Prince Philippe, que d'aucuns qualifieront de téméraire et même de déraisonnable (Pourtant le devoir de réserve ne s'impose qu'au Roi...). Pour une fois qu'un membre de la famille royale prend position contre des idéologies populistes, on ne va pas se plaindre ! Même s'il défend aussi son avenir...

    Illustration : affiche du film "Superstition"

  • Le planning familial : une lutte de toujours !

    En Wallonie, les milieux enseignants ont joué un rôle déterminant dans la structuration de la laïcité. La Ligue de l'Enseignement compte parmi les premières associations laïques. Puis les 5 et 6 juin 1949 est créé le Comité d'action pour la défense de l'école nationale, rassemblant plusieurs associations autour d'un combat qui ne semble plus vraiment d'actualité pour certaines familles politiques contemporaines.

    En Flandre, suivant l'exemple des Pays-Bas qui dès 1946 allaient créer un mouvement laïque, c'est à Anvers que naît l'Humanistish Verbond, et c'est encore en Flandre qu'apparaît en 1956 le premier centre de planning familial : le "Centrum voor Seksuele Voorlichting"… Ils avaient alors plusieurs longueurs d'avance, non ? D'autant que la lutte était rude, dans un environnement moral très conventionnel, où l'avortement était classé par le code pénal parmi les "crimes et délits contre l'ordre des familles et contre la morale publique", tout comme l'adultère et la contraception. Tout cette sphère des relations sexuelles "hors normes" (dont l'homosexualité, les rapports avant la mariage…) demeure dans la clandestiné. C'est précisément cela qui occasionna tant de dégâts au sein des familles de l'époque !

    Et aujourd'hui, ce sont les firmes pharmaceutiques qui font la loi : elles viennent de forcer le Ministère de la Santé à sortir cinq pilules contraceptives du mécanisme de remboursement par la mutuelle. Ceci nous promet un grand pas en arrière, poussé par l'intérêt financier qui prime, chacun le sait de nos jours, sur l'intérêt commun et sur les politiques de contrôle des naissances en particulier. Voilà qui va booster les recours à l'avortement. Heureusement, les pilules génériques arrivent sur le marché. (Sur le site Doctissimo : article sur les pilules génériques)

    Les revendications en faveur de l'enseignement officiel ont disparu, et les pouvoirs publics cèdent leur pouvoir aux financiers pour ce qui relève du contrôle des naissances. Alors, la laïcité, c'est dépassé ?

    Sources : "La Belgique depuis la seconde guerre mondiale", de Xavier Mabille (voir colonne de droite).