Gauche ou droite ?

La pilarisation bicentenaire de notre société est remise en question. Aujourd’hui la tendance à l’ouverture se généralise à tous les partis, et contribue à la perte de spécificité de chacun.

Le parti humaniste a remplacé le parti social chrétien et sème le trouble à la fois sur le plan politique et philosophique.
Joëlle Milquet se situe au centre dans le champs socio-économique, mais ne se reconnaît pas à droite dans celui des enjeux de société non-matérialiste.
Charles Michel nie à terme le clivage gauche-droite et veut sortir l’économique du débat.

Un des arguments de ceux qui sont contre le cordon sanitaire (ce qui n’est pas notre cas) est que comme tous les partis se confondent en un bloc (si j’ose dire), on se coupe d’une opposition crédible, et seul l’extrême-droite joue ce rôle, risquant de bénéficier des voix des mécontents.

L’électeur a de plus en plus de mal à exprimer son choix sur base d'arguments clairs, biens définis. Les partis ont une image lissée, comme les débats idéologiques, qui cèdent le pas à la démagogie et aux positions électoralistes. La démocratie nécessite pourtant le débat.

Par ailleurs, on assiste à la perte de pouvoir du politique face aux enjeux économiques « qui le dépassent », comme on entend trop souvent dire.
Les affaires qui font la une des journaux achèvent de ternir l’image du politique. Tout cela offre un terreau fertile aux slogans d’extrême-droite : « Tous pareils, tous pourris »

piliers_1La laïcité évolue parallèlement. Des deux piliers de notre action, le politique prend le pas de plus en plus sur le philosophique, le Centre d'Action Laïque de la Province de Liège investissant principalement le premier, laissant le second traditionnellement aux comités locaux. Notre option laïque est cependant de défendre à tous niveaux, local et régional, les idéaux démocratiques en contribuant à redorer le blason du politique.

Tant dans l’ancrage local des équipes de Seraing ou de Jupille que dans l’engagement des travailleurs dans les forums sociaux, dans les projets contre l’extrême-droite et pour la citoyenneté, dans les manifestations comme celles qui se tiendront lundi à l’occasion de l’installation des conseils communaux qui accueillent des élus d’ED (à Liège, Verviers et Dison), ils se situent pleinement dans le champs politique.

Il est donc indispensable de se poser les questions fondamentales : comment nous situons-nous politiquement ? Quelles valeurs défendons-nous dans notre engagement ?

Commentaires

  • Très juste !

    et, juste une petite coquille à journEaux (je me permets puisque tu vises la perfection ...)

  • Merci Fred, c'est corrigé !

Les commentaires sont fermés.