• Egalité des genres

    logo

    Vous trouverez sur le site de la Convention Laïque 2009 (cliquez sur le logo ci-contre) une nouvelle séquence vidéo sur "Egalité des genres", une semaine thématique organisée par le CAL de la province de Liège dans le cadre de la convention 2009.
    Si ce n'est fait, prenez la peine de répondre à l'enquête sur ce même site en cliquant sur "Votre avis nous intéresse".

     

  • L'Euthanasie au Grand Duché de Luxembourg

    Une info transmise par Jacqueline Herremans : le Parlement du Grand Duché de Luxembourg a voté la loi relative à l'euthanasie (31 oui, 26 non, 3 abstentions). Le Vatican était encore intervenu mais n'a guère été entendu (allocution du pape à l'ambassadeur du Lxg, lettre de l'académie de la vie).


    Attention: le Grand Duc doit encore signer cette loi... La révision de la Consitution doit encore passer en seconde lecture. Pas question dès lors de mettre déjà le mot "fin".

  • Religions et puissance publique dans l’Union Européenne

                                                  Communiqué de presse

    image001




    Le colloque du 17 décembre à Paris, « Religions et puissance publique dans l’Union Européenne », est une atteinte au principe de séparation des Eglises et de l’Etat.
     

    L’Ambassadeur de France en Belgique, son Excellence Dominique Boché, a récemment  adressé à différents hauts responsables administratifs de l’Etat belge, une invitation à un colloque organisé à Paris le 17 décembre dans le cadre la Présidence française de l’Union Européenne sur le thème « Religions et puissance publique dans l’Union Européenne ».
     
    La Belgique s’y voit invitée, au même titre que les 26 autres pays membres de l’Union, à y déléguer un « responsable chargé au sein de l’Etat des questions religieuses ou des cultes », ainsi qu’un « prêtre ou un pasteur, un rabbin, un imam ».
     
    Le thème du colloque, « Religions et puissance publique dans l’UE », ainsi que les sujets prévus lors de la rencontre (notamment : dans quel esprit la puissance publique nourrit-elle un dialogue avec les trois principales religions) nous interpellent car il viole manifestement le principe de l’impartialité de l’Etat à l’égard des cultes et des convictions philosophiques.
     
    En quoi les Eglises et les communautés religieuses invitées auraient-elles une contribution spécifique à apporter ? Conférer à ces cultes un statut particulier, comme le suggère le colloque organisé sous l’égide de la Présidence française de l’Union, revient à établir une discrimination manifeste entre les convictions des citoyens, et en particulier entre ceux qui croient en la transcendance et ceux qui n’y croient pas.
     
    Cette invitation va à l’encontre de l’esprit et de la lettre de l’Art. 17 du projet de Traité simplifié de Lisbonne : les pouvoirs publics et l’Union Européenne n’ont pas à intervenir en la matière.
     
    En cette veille de la Commémoration du 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, est-il nécessaire de rappeler que l’Union est fondée sur les principes indivisibles et universels de la dignité des hommes et des femmes, de le liberté, de l’égalité et de la solidarité ? Elle repose sur le principe de la démocratie et de l’Etat de droit.
    C’est ce que nous partageons comme patrimoine commun et que nous entendons défendre avec nos collègues européens de la Fédération Humanisme Européenne.
     
    Notre pays, suite à de nombreux combats menés par la Communauté philosophique non confessionnelle, a précisé au travers de sa Constitution et de ses lois, la nécessité du respect de la séparation des Eglises et de l’Etat.
     
    Nous dénonçons toute initiative qui viserait à réhabiliter, directement ou indirectement, l’organisation religieuse dans la société européenne. Nous le faisons au nom du modèle pluraliste, multiculturel, multiconfessionnel et tolérant que prône la laïcité.
    Nous nous opposons au fait que trois religions se verraient accorder un quelconque statut particulier dans la représentation des cultes et des conceptions philosophiques en Europe. Il s’agirait clairement d’une dérive de la liberté religieuse et plus encore de la liberté de conscience.
     
    Nous intervenons ce jour après de notre gouvernement pour qu’il ne soit pas donné suite à cette invitation.
     
    Pierre Galand,
    Président du Centre d’Action laïque